mercredi 20 mars 2013

Parrainez Pierre-Yves BOURNAZEL pour les Primaires à Paris

Pierre-Yves Bournazel est le candidat que je soutiens pour les Primaires à Paris dans le cadre des Municipales de 2014.
Je le soutiens parce qu'il est à mes yeux le meilleur : sincère dans son engagement, élu d'un territoire ancré à gauche, il aspire à être un Maire à temps plein.

Il incarne les valeurs auxquelles je crois : l’honnêteté, la proximité, l'esprit d'ouverture, le respect des principes républicains...
Il exerce son mandat en respectant certaines règles qui me paraissent essentielles : l'attachement à une grande éthique, être élu là où l'on vit pour mieux partager les préoccupations de ses administrés, le refus du sectarisme...
Il a toujours été à mes côtés dans mes combats pour la parité.
Il a la passion de Paris et saura la servir avec cœur et détermination.

Si vous voulez faire partie des 300 parrains de Pierre-Yves :

Téléchargez le bulletin de parrainage : PARRAINEZ PYB

Retrouvez ses propositions 
-sur les Parisiennes : ICI
-pour les Transports : ICI

jeudi 14 mars 2013

Place au débat... sans langue de bois!

Si vous avez raté le débat "On ne va pas se mentir" du 7 mars 2013 sur I>Télé? Voici le replay!

Émission animée par Léa SALAME avec :
-Clémentine AUTAIN, Front de gauche, Directrice de la revue "Regards"
-Jérôme GUEDJ, Député PS
-Jean-François PROBST, consultant politique


Sur le PV à 35 euros, le retour de Nicolas SARKOZY, le bashing de Cécile DUFLOT, l'hommage rendu à Stéphane HESSEL...




samedi 9 mars 2013

Le plus féministe des candidats à la Mairie de Paris : Pierre-Yves Bournazel


 Pierre-Yves BOURNAZEL entouré de ses soutiens au féminin sur la passerelle Simone de Beauvoir
à l'occasion de la Journée Internationale des Femmes

http://www.bournazel2014.fr

 Pierre-Yves BOURNAZEL :

"MES 11 ENGAGEMENTS POUR CONSTRUIRE UNE VILLE A LA MESURE DES FEMMES"

 "1) Je m’engage à ouvrir 5 000 places de crèche et de halte-garderie de 2014 à 2020

A Paris, 81 % des mères avec bébés de moins de trois ans ont une activité professionnelle et une maman sur quatre vit seule avec son enfant. Je veillerai par conséquent à développer davantage les équipements d’accueil mais aussi à assurer la meilleure compatibilité entre les rythmes scolaires et les contraintes parentales.

Je demanderai au législateur de définir un quota minimum de places de crèches en ville à l’image du taux obligatoire de logements sociaux dans les communes.

La pénurie de places et la rigidité des heures et jours d’ouverture des crèches ont conduit à une progression des gardes à domicile de 19 % en 5 ans. Par conséquent, un label « Ville de Paris » recensera sur les sites internet de chaque arrondissement les coordonnées des assistantes maternelles agréées par le département.

2) Je m’engage à tripler en six ans le nombre d’établissements de petite enfance avec horaires adaptés

Aujourd’hui, 123 établissements (soit 4 200 places) proposent des horaires adaptés sur un total de 33 000 places (crèches, multi-accueils, haltes-garderies, jardins maternels…). J’adapterai les horaires des structures d’accueil de la petite enfance au rythme de vie des Parisiennes afin de répondre à la pluralité des temps de travail mais aussi de permettre la compatibilité des réussites familiales et professionnelles.

3) Je m’engage à expérimenter la descente entre deux arrêts de bus la nuit

L’insécurité dans les transports en commun, dont les femmes sont les premières victimes, constitue un grave préjudice dans leur liberté d’aller et venir. Ce droit de pouvoir se déplacer en confiance est pourtant essentiel dans la vie quotidienne des Parisiennes. Or, les derniers chiffres de janvier de la préfecture de police sont alarmants : les vols à la tire ont augmenté de 65 % dans Paris intra-muros et de 58 % rien que dans les métros et RER.

Sur le modèle des villes de Montréal et Toronto, la possibilité de descendre entre deux arrêts de bus sera proposée aux femmes la nuit afin de les rapprocher de leur destination.

4) Je m’engage à promouvoir le développement de taxis roses

Suivant l’exemple de Londres, je travaillerai au développement d’une flotte de taxis roses, conduits par des femmes et dédiés exclusivement à un public féminin. Au point de départ, les clientes seront informées par SMS de l’arrivée du taxi. Après la course, le véhicule redémarrera lorsque la passagère sera rentrée dans son immeuble de destination. Ces taxis roses seront reliés aux postes de police.

5) Je m’engage à attribuer un tiers des logements sociaux aux familles monoparentales et à ouvrir prioritairement ce parc aux couples avec enfant(s)

A Paris, les familles monoparentales sont en forte augmentation (90 502 en 2009 contre 80 830 en 1999) et, dans la plupart des cas, se sont les femmes qui assurent la charge de l’enfant (76 219 femmes seules avec enfant(s)).

La venue d’un enfant dans un couple parisien est aujourd’hui synonyme de départ de la capitale (85 000 responsables d’une famille ont quitté Paris entre 2001 et 2006, tandis que 24 000 venaient y habiter). Cet exode des jeunes couples contraints au départ en raison de difficultés qui, malheureusement, reposent souvent sur les femmes, ne doit pas être une fatalité.

6) Je m’engage à faire de Paris la capitale du bien-être urbain, du savoir-vivre et de la galanterie
De 2014 à 2020, toutes les stations du métro et du RER feront l’objet d’une étude spécifique destinée à faciliter les déplacements de chaque Parisienne équipée d’une poussette. La construction d’ascenseurs et de rampes d’accès ainsi que la systématisation des passages élargis au niveau des barrières de péage constitueront des priorités en termes d’investissements publics. Le renouvellement des rames répondra aux besoins de confort (avec des places plus clairement réservées aux femmes enceintes) et de sécurité (avec une généralisation de la vidéoprotection).

Je développerai une politique urbaine qui ne visera pas exclusivement les femmes mais dont elles seront également les bénéficiaires : améliorer l’éclairage la nuit (avec des ampoules basse consommation), intensifier la vidéoprotection en privilégiant les quartiers difficiles, avoir des rues plus propres, décongestionner les transports, lutter contre les pratiques d’alcoolisme sur la voie publique, expérimenter Vélib’ avec un siège jeune enfant…

J’engagerai un vaste plan de lutte contre les incivilités en général et celles commises contre les femmes en particulier parce que la rue ne doit pas être le fief des mâles. Ce plan se déclinera au sein de l’administration municipale où les missions de prévention et de protection feront l’objet d’une réorganisation. Je réfléchirai au développement d’une application pour mobile qui permettrait aux femmes de signaler de façon géolocalisée les incivilités et agressions dont elles sont victimes. Le recours à la verbalisation sera développé pour garantir la tranquillité et la salubrité publiques dans la rue mais aussi dans les équipements de la ville plus sensibles (parcs et jardins, enceintes sportives…). Je plaiderai en faveur de l’extension de ce plan au réseau de la RATP.

Je créerai un label « Femmes à Paris » qui engagera les établissements nocturnes à adhérer à un certain nombre de valeurs en faveur du respect des femmes (refus des remarques machistes et des comportements inadaptés, protection…) et à promouvoir la galanterie. Ce label pourra être apposé sur la devanture de l’établissement.

Je travaillerai à l’ouverture des magasins le dimanche parce que Paris est la ville la plus visitée au monde et la capitale de la mode. Les commerces doivent s’adapter aux réalités de la vie moderne (horaires décalés, familles recomposées…). Parallèlement, et pour les mêmes raisons, l’amplitude horaire des services municipaux (administratifs et de loisirs) sera améliorée et les mairies d’arrondissement deviendront d’authentiques « maisons des services ».

7) Je m’engage à proposer chaque année au Conseil de Paris un plan d’actions en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes

Ce plan d’action contiendra les objectifs, les budgets et ressources consacrés, l’identification des partenaires, les échéances et les résultats attendus.

Chaque année, Paris célébrera les femmes sous un angle différent (l’entrepreneuriat, la culture, le sport…) avec l’organisation de manifestations dédiées à cette mise en lumière.

Les subventions de la ville seront conditionnées à l’application de l’égalité salariale entre les hommes et les femmes au sein des entités demandeuses.

8) Je m’engage à créer un prix annuel « Paris égalité »

Afin de mettre en valeur l’action des Parisiens, je m’engage à créer un prix annuel « Paris égalité » (doté d’un montant incitatif) qui sera décerné à une entreprise (TPE ou PME) ou une association qui mènera une action originale, spectaculaire, efficace en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes.


9) Je m’engage à assurer la parité au sein de la représentation politique

Dix femmes seront tête de liste dans les vingt arrondissements et je m’entourerai d’un nombre strictement égal d’adjointes et d’adjoints. La gouvernance du Grand Paris reposera sur les mêmes principes paritaires.

10) Je m’engage à féminiser les dénominations de l’espace public

De 2014 à 2020, la moitié des nouveaux noms attribués aux rues et aux stations de transports publics sera dédiée à des femmes célèbres.

11) Je m’engage à élever Malala Yousafzai et Golshifteh Farahani au rang de citoyennes d’honneur de la ville de Paris

Malala Yousafzai est une militante des droits de l’Homme pakistanaise âgée de quinze ans. Symbole de la lutte pour l’éducation des filles et contre les talibans, elle a été victime d’un attentat en octobre 2012. Gravement blessée, elle est soignée à Birmingham où elle a engagé un long chemin vers la guérison.

Golshifteh Farahani est une actrice iranienne. Victime d’un attentat à l’acide perpétré par un fondamentaliste puis mise en cause par les autorités iraniennes pour avoir joué tête nue, elle vit en exil à Paris depuis cinq ans.

Conformément aux responsabilités héritées de son histoire, je souhaite que la ville de Paris leur témoigne sa solidarité et son amitié.

En complément des citoyen(ne)s d’honneur, un jury de Parisiennes décernera chaque année, à partir de 2015, le « Grand prix des femmes de Paris » à une personnalité féminine."