vendredi 21 décembre 2012

On ne va pas se mentir, place au débat!

J'ai participé hier soir à l'émission-débat "On ne va pas se mentir" sur I-Télé (jeudi 20 décembre 2012) animé par Léa SALAME avec :

-Guillaume DURAND, Journaliste
-Emmanuel MAUREL, Secrétaire national du PS, Vice-Président de la région Ile-de-France
-Rost, artiste, Président de Banlieues Actives 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Thèmes : -le rachat de la Provence et de Nice Matin par Bernard Tapie
-le voyage de François Hollande en Algérie
-le rôle de la Première Dame
-Après Depardieu... Afflelou

mardi 4 décembre 2012

Question Auto : Bertrand Delanoë est-il devenu fou?

Je vous laisse découvrir l'interview que j'ai donnée au magazine Question Auto sur le plan anti-pollution de Bertrand Delanoë...

Télécharger l'article :
Bertrand Delanoë est-il devenu fou? Question Auto

Place au Débat... On ne va pas se mentir

Débat sur I>Télé animé par Léa SALAMÉ sur Arnaud MONTEBOURG, la crise à l'UMP, Cécile DUFLOT et son appel à l’Église...
 avec
-Karim ZERIBI, Député européen EELV
-Laurent NEUMANN, Directeur de la Rédaction de Marianne
-Etienne GERNELLE, Directeur de la rédaction du Point

lundi 3 décembre 2012

Duflot doit réquisitionner le palais HUCHON

Communiqué de
Pierre-Yves BOURNAZEL, Geoffroy DIDIER et Géraldine POIRAULT-GAUVIN
Conseillers régionaux d’Ile-de-France, Secrétaires nationaux de l’UMP

"Nous demandons solennellement à Cécile DUFLOT de réquisitionner le Palais sous-utilisé de la région d’Ile-de-France afin d’y loger immédiatement des sans-abri!"




La ministre du Logement, Cécile DUFLOT, a appelé ce matin les personnes morales, comme les entreprises et même l’Eglise, à « un choc de solidarité » afin que des bâtiments non utilisés ou « quasi vides » soient mis à disposition pour y loger des sans-abri.

Conscients comme elle de cette urgence nationale, nous demandons solennellement à Cécile DUFLOT de faire preuve de mémoire et de mettre en conformité sa parole et ses actes. Nous rappelons qu’au Conseil régional d’Ile-de-France, le groupe Europe Ecologie les Verts alors présidé par Cécile DUFLOT a, au mois de février dernier, accepté que l’exécutif de la région acquière un hôtel particulier de près de 20 millions d’euros à Saint-Germain-des-Prés… afin d’y loger luxueusement des bureaux de vice-présidents.

Ce véritable palais, que la Région socialiste a acheté à l’Etat, est aujourd’hui sous-utilisé, c’est-à-dire, pour reprendre les termes de Cécile DUFLOT, « quasi vide ».  Pourquoi alors ne pas le réquisitionner afin d’y héberger des sans-abri ? Charité bien ordonnée commence par soi-même…

Hébergement d’urgence ou dépenses somptuaires ? Coup de com’ d’un jour ou véritable politique sincère ? Les écologistes et les socialistes doivent choisir. Car il apparait jusqu’ici que le gouvernement de Jean-Marc AYRAULT, auquel appartient Cécile DUFLOT, n’a qu’une seule religion : le double langage.

jeudi 29 novembre 2012

On ne va pas se mentir - Place au débat

J'ai participé hier soir à l'émission-débat "On ne va pas se mentir" sur I-Télé (le 22 novembre 2012) animé par Léa SALAME avec :

-Razzi HAMMADI, Député PS
-Alexandre VARLET,
-Bruno ROGER-PETIT, Journaliste au Nouvel Obs




mardi 27 novembre 2012

UMP : la désertion, ce n'est pas la solution!

Depuis une semaine, le psychodrame que nous subissons à l'UMP n'est pas à la hauteur de ce qu'attendent les Français de leurs élus ni des espérances des 300 000 adhérents qui forment le premier parti de France.

Je voudrais vous livrer mon sentiment sur cette crise qui déchire ma famille politique et vous dire simplement quelques petites vérités que je n'entends jamais dans la bouche des commentateurs politiques sur les chaînes de télévision ou sur les ondes.

1- Pourquoi François Fillon s'est-il présenté à la présidence de l'UMP s'il ne croit pas en ses statuts, en ses instances et en la capacité de son parti à intégrer la démocratie dans son mode de fonctionnement? Pourquoi conteste-t-il tout a posteriori? C'est comme si Nicolas Sarkozy au lendemain de sa défaite du 6 mai dernier avait demandé que l'on revote parce qu'il contestait la Constitution et la légitimité du Conseil constitutionnel...

2- Et si un nouveau vote devait confirmer l'élection de Jean-François Copé, combien de fois faudra-t-il revenir aux urnes pour que François Fillon soit satisfait du résultat?

3- J'entends certains dire que Jean-François Copé devait quitter son poste de Secrétaire général pendant la campagne. Mais cela ne se passe jamais comme cela dans les Fédérations départementales quand nous avons des élections internes. Jamais les Présidents de Fédération ne se mettent en congé de leur mandant pendant deux ou trois mois! En tout cas, le très Filloniste Président de la Fédération de Paris ne s'est jamais plié à cette règle préconisée par son champion.

4- Pourquoi personne n'est choqué qu'il y ait eu des fraudes ? Pourquoi les responsables locaux de ces bureaux de vote litigieux ne sont pas sommés de s'expliquer? Il est un peu facile de dire qu'il y a eu des fraudes "des deux côtés". Sur des faits aussi graves, je réclame toute la transparence. Sinon, le discrédit est jeté sur l'ensemble de la classe politique.

5- Comment seront sanctionner les fraudeurs?  J'ose espérer qu'ils ne bénéficieront pas d'une totale impunité!

6- Qui osera dénoncer la publication de sondages bidons dont l'interprétation a prêté à confusion dans le but d'influencer les militants dans leur choix? Dire que 80% des sympathisants de droite soutenaient François Fillon, c'était oublier de dire que ce ne sont pas eux qui votent, mais bien les adhérents qui paient leur cotisation et qui ont le courage de s'engager. L'intoxication autour de cette élection explique en grande partie la confusion actuelle. Personne n'avait envisagé la victoire de Jean-François Copé. C'est une leçon à retenir : jamais une élection n'est gagnée ou perdue d'avance.

7- Qui arrivera à raisonner François Fillon pour qu'il renonce à déserter l'UMP? Depuis une semaine, Jean-François Copé lui tend la main pour "recoller les morceaux" et trouver une issue honorable pour les deux principaux protagonistes. Pour ma part, je trouve que cette scission est indéfendable car elle ne repose que sur une querelle d'égos, et non une fracture idéologique. Je soutiens Jean-François Copé, et pourtant je me sens plus ouverte sur les sujets de société que bon nombre de soutiens de François Fillon. Ce sont plutôt deux styles qui s'opposent et non deux lignes politiques.

8- Créer un autre groupe au Parlement, ce n'est que du sabotage! Il n'y a pas de place sur l'échiquier politique pour une autre droite. Dominique de Villepin en a fait les frais il y a quelques années. Il faut revenir à la raison, se parler et trouver ensemble des solutions.

Mais pour que cette crise cesse, je pense que nous devons avoir le courage de ne pas éluder les vraies questions : la légitimité des statuts qui régissent toute organisation; la lutte contre la fraude; l'impérieuse nécessité de la démocratie; la perspective des primaires ouvertes de 2016... 

Nous le devons d'abord aux militants qui sont tellement généreux dans le temps qu'ils donnent à la défense de leurs convictions. Nous le devons ensuite aux adhérents, souvent moins disponibles, mais qui veulent légitimement prendre toute leur part aux grands débats qui se posent à notre société. Nous le devons enfin à la France qui est l'alpha et l'oméga de notre engagement politique.

lundi 19 novembre 2012

mardi 13 novembre 2012

Je vous présente la gauche "anti-banlieusards"

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/11/12/01016-20121112ARTFIG00475-debat-houleux-sur-le-plan-anti-pollution-au-conseil-de-paris.php

Voici mon intervention au Conseil de Paris dans le débat sur la lutte contre la pollution


Monsieur le Maire, mes chers collègues,

"Qui trop embrasse mal étreint". 

Votre communication est un beau baratin, on aurait presque envie d'y croire ! Mais toutes les mesures que vous déclinez dans cette communication –et dont certaines pourraient être assez séduisantes- pour nous démontrer que vous vous préoccupez de la santé des Parisiens sont neutralisées par votre erreur majeure : celle de l'échelle de votre politique de lutte contre la pollution.

A force de déclarer votre flamme aux Parisiens, Monsieur le Maire de Paris, vous oubliez qu'ils sont aussi des Franciliens qui vivent au cœur du Grand Paris, au cœur de la région Ile-de-France

Vous oubliez que toute la pollution générée au-delà du périphérique par plus de dix ans d'immobilisme, de  dogmatisme et d'idéologie, avec la complicité de votre collègue Jean-Paul Huchon, touchera aussi chaque Parisien dans sa qualité de vie et dans son quotidien.

Non, la pollution ne s'arrêtera pas aux portes de Paris parce que vous allez baisser la vitesse de circulation sur le périphérique et sur certains axes de Paris, parce que vous allez multiplier les zones 30 autour des écoles, ou que vous allez faire la guerre aux motards.

Et nous le voyons bien avec cette délibération : après la gauche « caviar », la gauche « pétard », voici donc la gauche « anti-banlieusards »!

Car vous avez raison sur un point, ce sont bien les Parisiens qui vont voter en 2014 aux élections municipales et non les Franciliens. Ce petit calcul politique n’a échappé à personne !

Oui, ce sont bien des arrière-pensées électoralistes qui vous animent : vous voulez faire place nette à Anne HIDALGO, la protéger de tout risque DUFLOT. Et c'est ce qui explique votre dernière tocade pour ces mesures vertes qui feraient presque passer vos alliées écologistes pour des gens modérés! Petit conseil au passage, n'oubliez pas que seuls 2% des Français leur ont accordé leur confiance aux dernières élections présidentielles !

En tout cas, cette stratégie électoraliste explique vos revirements et vos retournements de veste.

Vous étiez contre les péages urbains que vous considériez comme une "faute politique et psychologique grave" il y a encore quelques temps. Vous montriez du doigt ceux qui, dans nos rangs, proposaient que soient étudiée l'opportunité d'un péage urbain pour notre métropole par l'APUR. Nous appelions de nos vœux une étude entre toutes les formes existantes (péage de décongestion, péage de financement, péage environnemental...) pour trouver le meilleur compromis. Nous vous suggérions d’orienter l'analyse sur l'échelle, la finalité, l'équité sociale, l'acceptabilité par les Franciliens, et les conséquences sur l'économie de notre ville, afin d'envisager la lutte contre la pollution de manière volontariste et adaptée au territoire de notre métropole.

Aujourd'hui, vous imposez de manière unilatérale le modèle que vous avez choisi en escamotant la concertation avec les collectivités voisines, les départements et la région qui sont pourtant essentielles. En tant que Conseillère régionale, je n'ai jamais entendu le Président de la région Ile-de-France effleurer cette idée de péage au kilomètre sur les autoroutes métropolitaines. C'est un peu gênant cette absence de cohérence.
Autre revirement : vous critiquiez, les « ZAPA NKM », mais vous encensez les « ZAPA BATHO »... c'est le sectarisme dans toute sa splendeur. Tout ce temps perdu dans ces postures politiciennes explique la médiocrité de vos résultats.

Monsieur le Maire,
La bonne échelle de lutte contre la pollution: c'est le Grand Paris.
La bonne méthode, c'est la concertation avec les autres collectivités concernées.
La bonne approche, c'est celle de la mobilité dans son ensemble! Seule une réelle coordination entre les transports en commun et les transports individuels permettra de résorber la thrombose en Ile-de-France et de diminuer la pollution sur Paris. C'est tout l'enjeu de la nécessité de sanctuariser les financements prévus du Grand Paris. Il faut convaincre Mme DUFLOT et le gouvernement AYRAULT de ne pas abandonner cette grande idée du Président de la République Nicolas SARKOZY.

Pour diluer les embouteillages en centre-ville et fluidifier le trafic, il faut absolument travailler sur la synchronisation des feux.

Enfin, si vous rechercher une bonne idée populaire, qui fera parler de vous Monsieur le Maire, et qui permettra à la fois de réduire le nombre de morts sur la route en Ile-de-France et d'aider notre jeunesse qui « galère », faites la promotion de la gratuité des autoroutes de notre région pour les jeunes de moins de 30 ans. Ils pourront alors davantage investir dans des véhicules moins polluants et utiliser des itinéraires plus sécurisés.

Votre plan de lutte contre la pollution est un coup de PUB, mais un mauvais coup porté à votre électorat traditionnel : malheur aux pauvres, malheur aux jeunes, malheur à ceux qui ne sont pas assez argentés pour s'acheter la dernière Renault Zoé électrique...  avec laquelle Arnaud Montebourg a fait un excès de vitesse récemment dans la capitale... Mais vous n’en avez cure s’ils n’habitent pas Paris !

La gauche « anti-banlieusards », à l’heure du Grand Paris, il fallait oser !
Vous l’avez fait, chapeau Monsieur Delanoë !

lundi 5 novembre 2012

On ne va pas se mentir - un autre débat

J'ai participé à l'émission-débat "On ne va pas se mentir" sur I>Télé du jeudi 1er novembre 2012 animé par Florent PEIFFER avec :

-Philippe BILGER, Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la Parole
-Esther BENBASSA, Sénatrice EELV, universitaire
-Bruno ROGER-PETIT, Journaliste au Nouvel Obs





samedi 20 octobre 2012

On ne va pas se mentir sur I-Télé

Retrouvez le débat d'I-télé "On ne va pas se mentir" du jeudi 19 octobre auquel j'ai eu le plaisir de participer animé par Marc FAUVELLE face à :
Philippe POUTOU, Ex-candidat à la présidentielle (NPA)
Arnaud DASSIER, Vice-Président du Parti Libéral Démocrate
Nordine NABILI, rédacteur en chef de Bondy Blog

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Thèmes : Le Made in France selon Arnaud Montebourg, la circulaire sur la naturalisation de Manuel Valls,les mea culpa de Valérie Trierweiler... Des coups de gueule !

mercredi 17 octobre 2012

Monsieur Delanoë, nous exigeons la transparence!

Le 15 octobre dernier, j'ai interpellé le Maire de Paris au sujet de la subvention de 500 000 euros accordée par le département de Paris à l'Association Silicon Sentier, dont plusieurs membres siègent au conseil d'administration de "Oser Paris", l'association de campagne de Mme Hidalgo, candidate à la Mairie de Paris.

 

La subvention de 500 000 euros




Silicon Sentier: une élue UMP de Paris s'inquiète d'un possible conflit d'intérêts

Voici la dépêche parue lundi soir à la suite de mon intervention en séance du Conseil de Paris.

Silicon Sentier: une élue UMP de Paris s'inquiète d'un possible conflit d'intérêts

       
            PARIS, 15 oct 2012 (AFP) - Géraldine Poirault-Gauvin, conseillère UMP au Conseil de Paris, s'est inquiétée lundi d'un possible conflit d'intérêts concernant l'association Silicon Sentier, qui reçoit des subventions de la mairie alors que sa présidente soutient la candidature d'Anne Hidalgo.

                   "Je suis très surprise par cette délibération, je ne voudrais pas qu'on puisse établir le moindre conflit d'intérêts", a dit l'élue devant les conseillers de Paris, qui ont voté lundi une subvention de 500.000 euros en faveur de l'association.

                   "J'espère que vous pourrez, M. le maire, rassurer notre assemblée, clarifier cette situation très opaque et nous indiquer les mesures que vous comptez prendre pour que la campagne de Mme Hidalgo (...) ne bénéficie pas des avantages publics de la ville de Paris", a-t-elle ajouté.

                   Silicon Sentier, qui accompagne le développement d'entreprises du secteur des technologies de l'information et de la communication, est présidée par Sandrine Murcia, qui vient de rejoindre le conseil d'administration d'"Oser Paris", l'association de soutien à la candidature d'Anne Hidalgo, rappelle Mme Poirault-Gauvin.

                   L'association sollicite également une subvention de 600.000 euros auprès de la région Ile-de-France, relève-t-elle.

                   "S'il y a des personnes qui me soutiennent elles le font de manière privée. Je ne vais interdire à personne de contribuer au débat. Il n'y a pas de mélange des genres, cette pépinière est reconnue sur sa performance", a réagi devant la presse Anne Hidalgo, première adjointe de Bertrand Delanoë et candidate déclarée à sa succession.

                   sl/aml/ct
                  
                AFP

lundi 15 octobre 2012

« Jusqu’où peut aller le soutien du Maire de Paris à Anne Hidalgo?

Silicon Sentier...


« Mais jusqu’où peut et doit aller le soutien du Maire de Paris à sa Première Adjointe ? » C’est la question que j'ai posée aujourd’hui en séance du Conseil de Paris.

Les élus de Paris ont été saisis d’une demande de subvention départementale de 500 000 € par l’association Silicon Sentier. Cette dernière sollicite également une subvention de 600.000 € auprès de la Région Ile-de-France.
Cette association, créée en juillet 2000, a pour vocation l’accompagnement des entreprises investies dans les Technologies de l’Information et de la Communication dans les processus d’innovation et de développement de leur activité commerciale.
Seulement voilà, Silicon Sentier est présidée par Mme Sandrine MURCIA qui vient de rejoindre le Conseil d’administration de « Oser Paris », le comité de soutien à la campagne d’Anne Hidalgo, candidate à la Mairie de Paris. De plus, elle a pour membres bienfaiteurs M. Jean-Louis Missika, Adjoint au Maire de Paris, qui préside l’Association « Oser Paris », et compte dans son bureau, en tant que Secrétaire, M. Louis Montagne qui par ailleurs représente la Société Bearstech laquelle assure la sécurité et l’hébergement du site Internet « Oser Paris ».
Ce qui s’apparente à un véritable staff de campagne est donc en première ligne dans l’Association Silicon Sentier qui totalisera plus d’un million d’euros de subventions publiques en 2012.
Celles-ci financeront le nouveau local de l’association en plein centre de Paris (2ème). Le déménagement de l’association est notamment justifié par le fait que le nouveau local sera identifiable depuis la rue, ce qui est plus pratique en période électorale !
J'ai demandé au Maire de Paris qu’il rassure le Conseil de Paris sur l’absence totale de conflit d’intérêt dans ce dossier, et qu’il prenne des mesures pour que la campagne de sa Première Adjointe ne bénéficie d’aucun avantage public de la Ville de Paris.
M. Delanoë n'était pas en séance. C'est M. Missika, l'un des intéressés, qui a pris la parole. Naturellement, il n'a absolument pas répondu à la question. La confusion des genres demeure et cela ne choque pas la gauche parisienne bien-pensante. Affaire à suivre...

jeudi 11 octobre 2012

On ne va pas se mentir : débat sur I-télé

Je vous propose de visionner le débat auquel j'ai participé le 9 octobre 2012 sur I-Télé animé par Léa Salamé, face à :
Samia Ghali, Sénatrice PS de Marseille
Sylvain Bourmeau, Directeur-adjoint de la rédaction de Libération
Etienne Gernelle, Directeur de la rédaction du Point

Thèmes : la Bac de Marseille, la refondation de l'école, l'adoption du traité budgétaire européen...

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

jeudi 27 septembre 2012

Notre lettre à la Commission Jospin


Pierre-Yves BOURNAZEL, Geoffroy DIDIER, Géraldine POIRAULT-GAUVIN
Conseillers régionaux d’Ile de France
Conseil régional d’Ile de France
33, rue Barbet de Jouy
75007 Paris

Jeudi 27 septembre 2012

Monsieur Lionel JOSPIN
Président de la commission de rénovation et de déontologie de la vie publique
Services du Premier ministre
57 rue de Varenne
75007 Paris  
                                                                                                                      
 
Monsieur le Premier ministre,

Le Président de la République vous a chargé d’émettre, d’ici au mois de novembre, des observations et des propositions visant à donner « un nouvel élan (…) à la démocratie » et à imposer aux responsables publics « un fonctionnement exemplaire des institutions ».

Dans cet esprit, et souhaitant accompagner cette démarche comme élus du peuple,  nous avons l’honneur de vous soumettre le cas du président de la région d’Ile de France, Monsieur Jean-Paul Huchon. 

Depuis plusieurs mois, nous observons, en effet, que la presse relate très régulièrement des agissements de l’exécutif francilien peu conformes à l’exemplarité que vous appelez de vos vœux. L’achat d’un hôtel particulier à Saint-Germain-des-Prés, le quartier le plus huppé et cher de la capitale, pour 20 millions d’euros afin d’y loger luxueusement ses vice-présidents ; la location d’une plage privée lors du festival de Cannes aux frais du contribuable ; l’envoi d’une délégation d’élus en villégiature aux jeux olympiques de Londres avec un diner facturé à 17 000 euros aux Franciliens ; un bond des dépenses de fonctionnement et un boom du nombre d’agents (« 1000 de plus en 14 ans ») selon un nouveau rapport… A un moment où chacun a compris que la crise nous obligeait à revoir nos comportements, voici, Monsieur le Premier ministre, autant de bévues qui sont devenues insupportables aux yeux de nos concitoyens.

De tels faits viennent s’ajouter au lourd passif judiciaire déjà connu de Monsieur Jean-Paul Huchon. Est-il encore nécessaire de vous rappeler que ce dernier a été, en 2008, condamné définitivement par la cour d’appel de Paris pour prise illégale d'intérêt pour avoir favorisé une société de communication dans laquelle travaillait son épouse dans le cadre d’un marché public ?

Est-il encore besoin de vous rappeler que Monsieur Jean-Paul Huchon a été une nouvelle fois condamné, cette fois par le Conseil d’Etat, en 2011, pour avoir utilisé les moyens de la région, c’est-à-dire l’argent public, afin de financer sa campagne électorale ?

La Président de la République a promis aux Français une République « exemplaire ». Il a toujours spécifié qu’il ne s’entourerait pas de personnes ayant été condamnées par la justice et qu’il ne tolèrerait aucun écart durant son quinquennat. Il a notamment promis de rendre inéligible pendant 10 ans tout élu condamné pour des faits de corruption. Pensez-vous qu’il trouverait « exemplaire » que la première collectivité de France soit toujours dirigée par une personne deux fois lourdement condamnée par la justice ?

Connaissant votre rectitude et sachant par avance à quel point vous serez sensible à notre démarche citoyenne, nous saisissons, par conséquent, votre commission afin de lui soumettre le cas de Monsieur Jean-Paul Huchon. Nous serions heureux d’y être auditionnés afin de vous proposer de suggérer, dans votre rapport final au Président de la République, la démission de Monsieur Jean-Paul Huchon de l’exécutif socialiste de la région d’Ile de France.

Vous avez là une occasion unique, Monsieur le Premier ministre, de démontrer aux Français que la commission que vous présidez fait œuvre utile et répond concrètement à leurs préoccupations légitimes.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de croire, Monsieur le Premier ministre, à l’assurance de notre haute considération.


                    Pierre-Yves BOURNAZEL, Geoffroy DIDIER, Géraldine POIRAULT-GAUVIN



mardi 25 septembre 2012

Jean-François COPÉ s'engage pour les femmes

Communiqué de Jean-François COPÉ

Il s’engage pour les femmes et salue le travail formidable du Collectif « A droite…toutes »

"Je tiens à saluer le travail formidable des femmes du collectif « A droite…toutes » et je veux remercier Rachida Dati d’avoir créé ce groupe de femmes engagées pour notre famille politique mais également pour l’ensemble des femmes de notre pays. Elles font des propositions extrêmement intéressantes pour revivifier notre parti politique et faciliter la vie quotidienne des femmes.

Militant de la cause des femmes depuis des années parce que je crois profondément que la modernité d’une société se mesure à la place accordée aux femmes, je soutiens sans ambiguïté les propositions destinées à favoriser la parité à tous les échelons de notre mouvement, à instaurer la parité sur les listes pour les élections municipales, à limiter le nombre de mandats simultanés à deux, à multiplier les débats et les referendums militants. Ce sont des propositions que je fais d’autant plus miennes qu’elles ont déjà commencé à être mise en œuvre depuis deux ans avec l’équipe nationale paritaire que j’ai souhaité mettre en place à la tête de notre mouvement.

Je pense également qu’il est indispensable que les femmes puissent accéder plus facilement aux responsabilités économiques. C’était tout l’enjeu de la loi sur la parité dans les Conseils d’Administration que nous avons fait voter avec Marie-Jo Zimmermann.

Enfin, il est indispensable de faciliter la conciliation vie professionnelle/vie familiale pour les femmes et pour les hommes. C’est pourquoi, je suis favorable à la création de nouvelles solutions de garde d’enfants selon un schéma quinquennal ambitieux. Je propose également de fractionner le congé parental pendant les 18 premières années des enfants afin que les parents puissent être à leurs côtés dans les moments clés de leur vie

Mon combat en faveur des femmes est ancien. Je soutiendrais toujours sans réserve toutes les initiatives au sein de notre mouvement qui permettront aux femmes d’occuper une place éminente, évidemment au sein de notre parti, mais également dans la société. C’est l’engagement que je prends auprès des militantes."

vendredi 7 septembre 2012

La parité s'invite au congrès de l'UMP

Le collectif  "A droite... toutes!" que nous avons créé avec 120 élues sur l'ensemble de la France autour de Rachida Dati a travaillé tout l'été.


Il a élaboré ses propositions pour que les combats des femmes dans notre société soient davantage au cœur des préoccupations des partis politiques.

Vous pouvez consulter nos 20 premières propositions sur notre site : Ici

Les 80 propositions restantes sont encore confidentielles et actuellement encore en débat entre les membres de notre groupe. Elles seront prochainement soumises à l'ensemble des candidats à la Présidence de l'UMP.

Notre collectif s'ouvre désormais à toutes les femmes de la droite et du centre, même si elles ne sont pas élues. Rejoignez-nous et venez nous aider à construire une société plus paritaire! Vous êtes les bienvenues! www.adroitetoutes.fr

mardi 14 août 2012

JO de Londres : la médaille d'or du gaspillage décrochée par M. HUCHON!


Communiqué de
Pierre-Yves Bournazel, Geoffroy Didier et Géraldine Poirault-Gauvin
Secrétaires nationaux de l'UMP et Conseillers régionaux d'Ile-de-France


"JO de Londres : la médaille d’or du gaspillage décrochée par M. Huchon !"

Il s’est sans doute dit que cela passerait inaperçu au beau milieu de l’été, quand les Franciliens sont en vacances. Le Président de la région Ile-de-France est décidément incorrigible !

Dernier épisode dans la saga des gaspillages de l’exécutif régional révélé ce matin par le Canard Enchaîné, un dîner offert par M. Huchon aux Jeux Olympiques de Londres à quelques élus régionaux pour un coût de 17 000 euros ! Une addition salée, réglée par la collectivité locale et le Comité Régional du Tourisme, aux frais, bien sûr, du contribuable.

Si ces faits sont confirmés, nous souhaitons entendre les explications du Président de l’exécutif régional sur ces dépenses inconsidérées, choquantes et qui représentent des pratiques politiques d’un autre âge.

Après le « Palais Huchon » acheté 20 millions d’euros pour y loger les bureaux de ses Vice-Présidents, la plage privée réservée pendant le festival de Cannes, ces agapes londoniennes sont la goutte d’eau !

Rappelons que M. Huchon a été condamné définitivement par la Cour d’appel de Paris pour prise illégale d’intérêt, en 2008, pour avoir favorisé l’obtention de marchés publics de la région par une société de communication dans laquelle travaillait son épouse. Par ailleurs, il a été de nouveau condamné, cette fois par le Conseil d’Etat, pour avoir utilisé les moyens de la région d’Ile-de-France afin de financer sa campagne électorale lors des élections régionales de 2010. A ce titre, il a été condamné à rembourser à l’Etat les frais engagés pour le financement de sa campagne électorale, soit 1,6 million d’euros.

Pour se mettre en conformité avec les principes de moralisation de la vie politique édictés par François Hollande lors de la campagne présidentielle, plus que jamais, M. HUCHON devrait se rendre à l’évidence : la seule issue, c’est la démission !